Le badamier

Majestueux, le badamier !

Écrit par Marie Gouges

2 minutes de lecture

Le majestueux et emblématique badamier, également connu sous le nom d’amandier indien (Terminalia catappa), est un arbre qui peut atteindre une hauteur impressionnante de 20 à 30 mètres : En plus de ses feuilles larges et luisantes, le badamier produit un fruit en forme d’amande qui contient une noix comestible. Cette dernière est appréciée pour son goût doux et légèrement sucré.

Il existe des variétés et des cultivars de cette plante. La Pépinière de Labourdonnais, vous pouvez retrouver le Badamier de l’Inde surnommé également «Bonnet d’évêque», qui est originaire d’Asie tropicale et de Madagascar. Cet arbre est facilement reconnaissable à ses fleurs caractéristiques en forme de houppes et à ses gros fruits anguleux et pyramidaux qui font penser à un bonnet d’évêque. Il est recommandé de choisir la variété la plus appropriée en fonction des caractéristiques de l’emplacement de plantation pour favoriser une croissance optimale.

Où le planter ?

 Le badamier peut être planté dans un sol bien drainé, exempt de roches et pavages, avec un fossé dégagé, et assurez-vous qu’il bénéficie d’une exposition maximale en plein soleil. En suivant ces conseils, vous offrirez à votre badamier les conditions idéales pour une croissance saine et robuste au milieu de votre cour.

L’arrosage

Les besoins spécifiques en matière d’arrosage comprennent une fréquence initiale de trois fois par semaine au début de la plantation, puis une réduction à deux fois par semaine après a 15 jours. La clé réside dans la transition progressive pour accompagner le développement de la plante tout en maintenant une hydratation appropriée du sol.

Soins et protections contre les maladies et les ravageurs

Cette plante ne nécessite pas de soins particuliers, elle est robuste. La fertilisation démarre après deux mois avec un engrais pour stimuler la croissance. Aucune taille spécifique n’est requise et la protection contre les maladies et ravageurs n’est généralement pas un problème.

Cette plante a une durée de vie généralement équivalente à une vie entière. En contrôlant son vieillissement à travers des conditions de croissance idéales, une fertilisation adéquate et une surveillance régulière de sa santé, on peut maîtriser son intégration dans l’aménagement paysager.